octobre 2018

lundi 1 octobre 2018

Trompe-l’œil nord-coréen

Il était question, dans le billet précédent, de peinturlure kitsch nord-coréenne. Avec une conclusion en forme de cliffhanger : « Toutes ces peintures nord-coréennes sont produites par un immense atelier officiel, qui fabrique également des statues. On pourrait croire que cela n’a guère d’importance, ce ne sont que des images, de la grossière propagande. Sauf que ce n’est pas si simple. Derrière l’arbre se cache une forêt aux ramifications politiques insoupçonnées, dont on parlera dans le prochain billet. » Or donc, nous y sommes. L’immense atelier en question s’appelle Mansuade. Situé à Pyongyang, il occupe 120 000 mètres carrés et emploie environ quatre mille personnes, dont un millier...

Lire la suite...

mardi 2 octobre 2018

Macron, la peste et les écrouelles

Rhââââ ! Qu’elle est belle, cette photo de Macron à Saint-Martin ! Aussi belle et bonne qu’une religieuse au café, un baba au rhum ou un strudel aux pommes hongrois ! Sur Facebook, une bande d’écervelés adeptes de la poussiéreuse lutte des classes - alors que nous en sommes à la start-up nation - l’a comparée à Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 mars 1799, une peinturlure d’Antoine-Jean Gros qui date de 1804 : Le rapprochement est on ne peut plus pertinent, tant dans le fond que dans la forme. Bonaparte, qui a entraîné son armée dans la désastreuse campagne d’Égypte, vient rendre visite à ses malheureux grognards atteints de la peste. Il touche le torse nu de l’un d’entre eux,...

Lire la suite...

dimanche 7 octobre 2018

Le marteau de Staline

La propagande communiste remonte à la plus haute Antiquité, ou presque. Ces jours-ci, sur un abri-bus parisien, le PRCF (Pôle de renaissance communiste en France) a procédé à quelques collages. Examinons ces deux affiches rouges et blanches. La première, qui nous montre la silhouette d’une foule de manifestants, comporte un texte parlant de « conquis sociaux » (au lieu des habituels « acquis sociaux »), et un « Tous ensemble »  évoquant le slogan maintes fois entendu dans les manifestations. Son illustration semble être une citation de l’une des plus célèbres affiches de 1968 : Rien de plus à dire de cette affiche sinon qu’elle n’est pas très originale, pas très bien composée non plus....

Lire la suite...

jeudi 11 octobre 2018

Sexe, race & colonies, ou Vive la saint Faux-derche !

La presse a beaucoup parlé de ce gros bouquin intitulé Sexe, race & colonies, dirigé par un historien nommé Pascal Blanchard. 544 pages, 97 auteurs, 1 200 images de corps « colonisés, dominés, sexualisés, érotisés » (dixit Libération du 21 septembre) pour la modique somme de 65 euros. On a dit que son contenu relevait du voyeurisme, que les textes n’analysaient en aucune manière les images et que ce serait sûrement, pour certains, un livre à lire « d’une main ». Je n’ai pas vu l’objet en question, en ai à peine entrevu une double page, mais voici sa une de couverture : La composition du titre est intéressante. Tout d’abord, en très gros, le mot SEXE. Puis, au-dessous, en trois fois plus...

Lire la suite...

samedi 13 octobre 2018

On ne va pas chinoiser pour si peu !

Le 9 octobre dernier, Le Monde publiait une tribune rédigée par un collectif de scientifiques intitulée Climat : « Freiner la croissance de la population est une nécessité absolue ». Le quotidien annonça la parution de cette tribune sur Twitter, avec la photo ci-dessous nous montrant une tripotée de gamins asiatiques : Après recherche, il apparaît que ces enfants sont des tibétains, photographiés au Tibetan Children Village de Choglamsar en Inde. Plus tard le même jour, le site d’Europe 1 reprenait cette tribune dans une version abrégée intitulée Climat : des scientifiques appellent à freiner l’essor démographique. Avec pour illustration la photo ci-dessous nous montrant des bébés asiatiques...

Lire la suite...

mardi 16 octobre 2018

On the road again

La semaine dernière est sortie sur nos écrans une bobine de Mélanie Laurent intitulée Galveston. C’est une histoire de fuite en voiture, autrement dit un road movie. L’un des grands genres du cinéma amerlocain. L’affiche reproduit le cliché habituel, celui d’une voiture le plus souvent à l’arrêt avec un ou deux personnages appuyés contre elle : Le tout premier road movie est peut-être Les Raisins de la colère (The Grapes of Wrath) de John Ford (1940), d’après le livre de John Steinbeck : Viennent ensuite Bonnie & Clyde d’Arthur Penn (1967) et Easy Rider de Dennis Hopper (1969) : Ces deux films représentent les deux principales tendances du road movie : la fuite éperdue conduisant...

Lire la suite...