janvier 2020

mardi 7 janvier 2020

“Gemini Man” et le dernier peintre de Taïwan

Il est, quelque part au sud-ouest de l’île de Taïwan, une ville un peu triste, une ancienne capitale nommée Tainan. De rares touristes s’y rendent pour visiter quelques-uns de ses temples ainsi que le Fort Provintia, puis rejoignent rapidement la ville de Kaohsiung ou le parc national de Kenting à la pointe sud de l’île. On ne s’attarde pas à Tainan. La ville recèle pourtant quelques trésors insoupçonnés qu’elle livre avec précautions au promeneur curieux, au piéton en désamour avec son Lonely Planet Taiwan truffé d’erreurs. Au 187 Yong Fu Road (永福路), Section 2, par exemple, se dresse un antique cinéma, le Chin Men Theater (Quánměi Xìyuàn 全美戲院), qui est une salle de seconde exclusivité où...

Lire la suite...

jeudi 9 janvier 2020

Le Maître de go, Petit Scarabée et la doudoune sans manches

Le 19 décembre dernier, Daniel Schneidermann était invité par le journal La Croix pour son sixième épisode de “Médias dans l’arène, saison 2”. Le résultat est une interview en vidéo longue de 19 minutes et 10 secondes visible sur le site du journal et sur Youtube, dont voici le dispositif : l’interviouvé et l’interviouveur sont assis face à face, chacun dans un fauteuil rouge anglais, sur fond noir. Daniel Schneidermann est à gauche, Benjamin Bousquet est à droite. La mise en scène est relativement neutre, dépouillée quoique légèrement cosy si l’on se réfère à la nature et à la couleur des fauteuils. Ce plan large alternera avec deux gros plans de face des protagonistes, et ce sera une...

Lire la suite...

mardi 14 janvier 2020

Sun Wu Kong

Ce billet a paru pour la première fois en avril 2005, sur la toute première Boîte à Images. En Chine, paraît à la fin du XVIème siècle Le pélerinage vers l’ouest (Si Yeou Ki) de Wu Cheng’en. Ce roman épique, fantastique, narre les aventures de Sun Wou Kong, le turbulent Roi des Singes.  L’ouvrage connaîtra aussitôt un immense succès, jamais démenti depuis. Car sous les apparences d’un roman fantastique, l’auteur y dénonçait les exactions du pouvoir Ming combattu par un héros justicier, Sun Wou Kong. Le pélerinage vers l’ouest a été maintes fois adapté : pièces de théâtre, opéras, théâtre d’ombres, feuilletons radiophoniques, films, dessins animés. À la fin des années 50, le dessinateur Zhao...

Lire la suite...

dimanche 19 janvier 2020

Accroche-toi à la rampe !

En Chine, à Taiwan et dans toute la sphère chinoise (Hong Kong, Singapour, Macao l’enfer du jeu), le texte est prédominant. Dans les livres, mais aussi dans l’environnement urbain. Il est même envahissant. Enseignes, logos, publicités, listes d’articles affichés, etc. Pas un espace qui ne soit occupé par du texte. Et ce n’est pas dû à l’invention de l’éclairage électrique, voici une photographie de Canton datant des années 1880 : L’écriture chinoise remonte à 7 000 ans. Elle comporte 52 000 idéogrammes ; 7 000 sont nécessaires pour s’exprimer de manière courante, et il suffit d’en connaître 1 500 pour lire le journal. C’est grâce à l’écriture que les Chinois ont pu mettre au point des...

Lire la suite...

samedi 25 janvier 2020

Les ailes du bonheur de la chauve-souris

En Chine, à l’époque du Nouvel An, il est de coutume de coller sur sa porte un papier rouge affichant le mot bonheur 福 (ou plus exactement bonne fortune). En mandarin, ce mot se prononce fú.Le caractère fú est souvent apposé à l’envers (comme sur cette porte), en vertu d’un subtil jeu de mots : si on l’affiche à l’endroit, cela veut dire qu’on appelle le bonheur, qu’on l’invite à la maison en le priant de faire comme chez lui. Si on l’affiche à l’envers, en revanche, force est de constater que le « le bonheur est retourné ». En chinois mandarin, cela se dit  福倒了, fú dào le. Sauf que le mot dào 倒, à l’envers ou retourner, se prononce exactement comme dào 到, arriver. La phrase peut donc...

Lire la suite...