septembre 2020

vendredi 4 septembre 2020

MMIAM n°3 : Hammershøi, les dimanches après-midi et ma grand-mère

Mon Musée imaginaire à moi, le MMIAM, est composé d’une centaine d’images parmi mes favorites. Elles seront commentées ici en 4 000 signes maximum. MMIAM n°3 : Hammershøi, les dimanches après-midi et ma grand-mère Les peintures de Vilhelm Hammershøi. Ces décors presque vides de meubles parfois peuplés d’une silhouette féminine, ces murs gris teintés de bleu ou de beige, ces mises en scène qui rappellent Vermeer et Pieter Janssens Elinga. La profonde sérénité des peintures de Wilhelm Hammershoi. Hammershøi Vermeer Hammershøi Elinga Quoique. À mieux y regarder, on peut y déceler également de l’ennui, cet ennui des dimanche après-midi quand on n’a rien à faire. Quand on guette l’assoupissement...

Lire la suite...

mercredi 16 septembre 2020

MMIAM N°4 : En attendant l’orage…

Mon Musée imaginaire à moi, le MMIAM, est composé d’une centaine d’images parmi mes favorites. Elles seront commentées ici en 4 000 signes maximum. MMIAM n°4 : En attendant l’orage… Quatre reproductions de gravures de Rembrandt sont accrochées dans le couloir de mon appartement, deux autoportraits et et deux paysages. L’un d’eux est une reproduction gravée achetée à la Rembrandthuis d’Amsterdam (la maison de Rembrandt), c’est la Vue de l’Omval :L’autre est Les Trois Arbres. Chef-d’œuvre ultime, apothéose absolue et définitive qui m’enchante depuis cinquante ans, eh oui le temps passe… Trois arbres au bord d’une rivière ou d’un étang, un ciel d’orage, un pêcheur et sa femme, la pluie qui...

Lire la suite...

lundi 28 septembre 2020

MMIAM n°5 : L’affaire de la mallette rouge sang

Mon Musée imaginaire à moi, le MMIAM, est composé d’une centaine d’images parmi mes favorites. Elles seront commentées ici en 4 000 signes maximum. MMIAM n°5 : L’affaire de la mallette rouge sang Degas a peint cet Intérieur en 1868 ou 1869. Cependant, les amateurs d’art l’ont très vite baptisé Le Viol. Un titre cohérent, logique. Que voyons-nous ? Une chambre close. Une femme en blanc à gauche, un homme en noir à droite. La femme est accroupie, à moitié dénudée. L’homme est debout, vêtu, appuyé contre une porte. À sa droite, un lit à barreaux sur lequel sont posés quelque vêtements. Le lit est fait. À son pied, un tapis rayé. Dessus, un vêtement sans doute féminin. Au centre ou presque, une...

Lire la suite...

mardi 29 septembre 2020

Mes critiques de films chez Gone Hollywood

Il m’arrive de critiquer des films sur le site GoneHollywood. Voici la liste des bobines auxquelles je me suis pour l’instant attaqué : Les 3 Jours du Condor de Sydney Pollack (1975) En collaboration avec Florence Arié Spéciale Première (The Front Page) de Billy Wilder (1974) Total Recall de Paul Verhoeven (1990) Le Trou de Jacques Becker (1960) Poursuites dans la nuit (Nightfall) de Jacques Tourneur (1957) Dans un jardin qu’on dirait éternel de Tatsushi Ōmori (2018) The Goya Murders de Gerardo Herrero (2019)   That’s all Folks! Pour l’instant…...

Lire la suite...