novembre 2020

lundi 2 novembre 2020

La Pontiac et la java

Voici une publicité pour une voiture américaine, une Pontiac Grand Prix représentée dans une rue de Paris. L’affiche date de 1965, elle est l’œuvre de Fitz & Van, autrement dit Art Fitzpatrick and Van Kaufman, deux célèbres affichistes de l’époque spécialisés dans les voitures amerlocaines.  Ambiance bleu-jaune. Ce couple de couleurs, popularisé par Vermeer, suggère la tranquillité, la douceur. Rien de grave ne peut arriver dans cet univers.  Petit aparté Il est à noter qu’en peinture, le couple bleu-jaune a disparu peu après Vermeer ; il ne réapparaîtra qu’à la fin du XIXe siècle grâce à Van Gogh qui découvrit le peintre oublié de Delft et associa à son tour ces deux couleurs. Fin du...

Lire la suite...

jeudi 5 novembre 2020

MMIAM n°8 : La famille Bellelli, ou l’explosion sourde

Mon Musée imaginaire à moi, le MMIAM, est composé d’une centaine d’images parmi mes favorites. Elles seront commentées ici en 4 000 signes maximum. MMIAM n°8 : La famille Bellelli, ou l’explosion sourde  Au premier regard, il s’agit là de la représentation classique d’une famille bourgeoise du XIXe siècle. On pourrait passer devant sans s’arrêter, tellement ce genre d’image est banal. Mais très vite une question se pose : pourquoi Edgar Degas s’est-il lancé dans la réalisation d’une œuvre de grand format d’apparence si ordinaire ? Bah ! Après tout, même les génies ont le droit de produire des croûtes ! C’est ainsi que j’ai souvent passé mon chemin devant le portrait de la famille Bellelli...

Lire la suite...

jeudi 19 novembre 2020

MMIAM n°9 : La Pompadour par Delatour, ou la poudre de vie

Mon Musée imaginaire à moi, le MMIAM, est composé d’une centaine d’images parmi mes favorites. Elles seront commentées ici en 4 000 signes maximum. MMIAM n°9 : La Pompadour par Delatour, ou la poudre de vie Ce portrait en pied de la marquise de Pompadour par Maurice-Quentin Delatour se cache dans une petite salle du Louvre devant laquelle les touristes passent sans s’arrêter et c’est un bonheur intense que de s’y réfugier, presque en cachette. Commandé par la marquise vers 1748 et achevé en 1754, cet immense pastel est à la fois un portrait officiel, intime et politique. Officiel en ce sens qu’il est réalisé à la demande d’une femme qui gouverne la France en sous-main aux côtés de Louis XV,...

Lire la suite...

samedi 21 novembre 2020

MMIAM n°10 : Le Voyageur immobile de Topor 

Mon Musée imaginaire à moi, le MMIAM, est composé d’une centaine d’images parmi mes favorites. Elles seront commentées ici en 4 000 signes maximum. MMIAM n°10 : Le Voyageur immobile de Topor LeVoyageur immobile de Roland Topor (1968) met en scène un homme en manteau et chapeau mou portant deux valises, on dirait un voyageur de commerce voire un personnage d’Alexandre Vialatte, « L’homme est un animal à chapeau mou qui attend l’autobus 27 au coin de la rue de La Glacière et du boulevard Arago. » Il regarde un paysage peint sur un rouleau vertical mû par deux femmes. L’homme a les pieds liés par une corde, attachée à un pieu planté dans le sol. Les femmes tournent le rouleau et ainsi, voyant...

Lire la suite...

vendredi 27 novembre 2020

MMIAM n°11 : Une génération qui a du mal à surmonter les choses

Mon Musée imaginaire à moi, le MMIAM, est composé d’une centaine d’images parmi mes favorites. Elles seront commentées ici en à peu près 4 000 signes. Case extraite de Flic ou privé de José Muñoz (dessin) et Carlos Sampayo (scénario) Éditions Casterman, 1983, page 80 À contempler cette case insupportable signée Muñoz et Sampayo, il me vient des bouffées de violence, des fantasmes terroristes : dynamiter tous les bars à Joe de la planète, organiser un vaste raid qui, du Bierodrome de Bruxelles au Pyramids de New York en passant par les innombrables Celtiques de Paris, réduirait en poussière tous ces endroits sinistres où l’on se réfugie quand on ne sait plus où aller. Peut-être nos petites...

Lire la suite...