Trompe-l’œil nord-coréen

Il était question, dans le billet précédent, de peinturlure kitsch nord-coréenne. Avec une conclusion en forme de cliffhanger : « Toutes ces peintures nord-coréennes sont produites par un immense atelier officiel, qui fabrique également des statues. On pourrait croire que cela n’a guère d’importance, ce ne sont que des images, de la grossière propagande. Sauf que ce n’est pas si simple. Derrière l’arbre se cache une forêt aux ramifications politiques insoupçonnées, dont on parlera dans le prochain billet. »

Or donc, nous y sommes. L’immense atelier en question s’appelle Mansuade. Situé à Pyongyang, il occupe 120 000 mètres carrés et emploie environ quatre mille personnes, dont un millier d’artistes barbouillant différents types de peinturlures. Avec parfois des couleurs à l’huile sur toile à la façon occidentale, mais le plus souvent à l’encre et à l’aquarelle sur papier de type chinois (on appelle ça chosonhwa ; les amateurs de technique seront ravis d’apprendre que l’aquarelle sino-coréenne est une espèce de compromis entre l’aquarelle et la gouache dont la marque chinoise la plus connue, Marie’s, est disponible en France).

Marie-c-a-H-i-H-a-Trung-Qu-c-12-M-u-Thi-t-L.jpg_640x640.jpg

Plusieurs sujets sont traités par les artistes de l’atelier Mansuade. Jetons un œil sur les principaux. Le premier, le plus important, concerne le bienveillant Leader affectueux Kim Jong-il, son fils Kim Il-sung et son petit-fils Kim Jong-un, représentés à l’envi :

01-culte2.jpg

Fresque dans l’hôtel Chongchon, près du mont Myohyang
Source

02-culte5.png
03-culte6.png
05-mansuade.jpg

Kim Jong-un passant en revue des toiles où l’on voit Kim Il-sung diffusant
au tréfonds des cœurs d’une poignée de sous-fifres engalonnés pétrifiés
la glorieuse et resplendissante histoire révolutionnaire

Source

Le deuxième sujet concerne les glorieux combattants révolutionnaires anti-japonais grâce auxquels s’épanouit pleinement la vie indépendante et créatrice des masses populaires, devenues protagonistes de l’Histoire :

06-propag2.jpg
07-propag11-Kim-Yong-Kwon-Charging-Forward-to-the-Battlefield-1970.jpg
08-propag12-Jo-Jong-Man-After-Securing-Arms-.jpg

Compagnons d’armes ayant fait le serment de combattre jusqu’au dernier souffle
de leur vie pour que soit accomplie l’œuvre sacrée de restauration de la patrie engagée
par le grand Leader afin d’établir sur cette terre le paradis du peuple

Le troisième sujet est celui des courageux travailleurs luttant vigoureusement pour la prospérité de la patrie socialiste riche et puissante établie par le camarade Kim Il-sung, grand Leader :

09-propag7.jpg
10-.jpg

Les artistes de l’atelier Mansuade travaillent sur la peinture ci-dessus,
réalisent des prodiges en portant haut le fanion des Trois révolutions,
idéologique, technique et culturelle

Source

11-propag5.png
12-propag1.jpg
13-propag9.jpg

La lutte exaltante des combattants de l’acier qui accélèrent l’édification socialiste
de grande envergure tout en déchaînant le vent violent du « combat de vitesse »

13b-_6.jpg

Artiste de l’atelier Mansuade réalisant une ode picturale aux joyeux travailleurs du BTP

Le quatrième sujet est celui de la vie quotidienne du peuple méditant avec une vive émotion sur les brillantes traditions révolutionnaires établies par le grand Leader auxquelles est redevable leur bonheur d’aujourd’hui :

14-propag3.jpg
15.jpg

Le cinquième grand sujet est celui, inévitable, des paysages de montagne et d’eau. Ils sont le plus souvent réalisés sur papier :

16-mont-01.jpg
18-Mansudae_4.jpg

Source

Parfois sur des murs :

20-Mansudae_7_photo_reuters-mount-kumgang-resort.jpg

Hôtel près du mont Kumgang
Source

Toutes ces œuvres ou presque, originales ou copies, sont en vente à l’atelier Mansuade de Pyongyang :

22-Mansudae_wiki_3.jpg

Source

On en trouve de similaires à Dandong, dans la province du Liaoning, au nord-est de la Chine. La ville, située sur le fleuve Yalu qui fait frontière avec la Corée du Nord, abrite des galeries ainsi qu’un centre culturel nord-coréen exposant d’impérissables œuvres :

23-north-korean-art.jpg

Source

C’est à Dandong que des hommes d’affaires et des commerçants viennent acheter des tonnes de paysages de montagne et d’eau, des portraits de tigres, des sous-bois enneigés ou des cerisiers en fleur qui seront offerts à des partenaires commerciaux à moins qu’ils n’illuminent  des chambres d’hôtels et des salles de restaurants. Ces joyeux acheteurs peuvent aussi se rendre à l’annexe de l’atelier Mansuade qui se trouve à Pékin, dans le quartier des galeries (le 798 art district) :

25.jpg

Source

L’atelier Mansuade de Pyongyang confectionne également de gigantesques sculptures à la gloire de son passé glorieux et de ses dirigeants non moins glorieux :

27.jpg

Source

28-statue_coree_Ryugyong-Hotel-Pyongyang-North-Korea.jpg

Source

Regardez bien ces deux photos des statues de Kim Il-sung et de Kim Jong-un qui se dressent fièrement à Pyongyang :

29-statue_coree_2012.jpg

Source

30-statue_coree_Mansudae-Monument-Bow-2014.jpg

Source

Voyez-vous une différence ?

La première a été prise en 2012, la seconde en 2014. Entre-temps, Kim Jong-un a troqué son manteau contre un élégant anorak !

L’atelier Mansuade exporte également ses sculptures vers l’Afrique. En Namibie, au Zimbabwe, au Botswana, au Mozambique, en Éthiopie, etc. Une quinzaine de pays africains se sont ainsi offert des représentations en trois dimensions de leurs fiers combattants et de leurs vaillants chefs d’État.

31-statue_namibie-1.jpg

En Namibie

32-statue_zimbabwe.jpg

Au Zimbabwe

33-statue_botswana.jpg

Au Botswana
Source

Sauf qu’en vérité il convient de parler au passé, car l’atelier Mansuade n’exporte plus aujourd’hui aucune sculpture. À cause de trois fois rien, une broutille : le Conseil de sécurité des Nations unies s’est aperçu, en 2016, que les exportations artistico-métalliques de l’atelier Mansuade n’étaient qu’un paravent, un trompe-l’œil permettant à la Corée du Nord de vendre des usines d’armement et des bases militaires à certains pays africains. Les Nations unies décrétèrent donc un embargo sur cette activité, exit l’exportation de sculptures, terminées les valises de dollars en route pour Pyongyang.

Mais ce n’était qu’un premier épisode. En 2017, après de menus essais nucléaires tentés par la Corée du Nord, le Conseil de sécurité décida d’interdire toute exportation de la part de l’atelier Mansuade : œuvres d’art, monuments, etc., ainsi que tout partenariat avec des entreprises étrangères. Pas de panique ! Cela n’empêche pas l’annexe pékinoise de l’atelier de continuer à vendre des peintures, sans rencontrer de problème. Une entreprise italienne, qui avait passé un contrat d’exclusivité avec ledit atelier, continue elle aussi de vendre par internet des peinturlures nord-coréennes en affirmant que celles-ci ont été achetées avant les sanctions des Nations unies. Bah ! de toute façon, ces mesures ne concernent directement que l’atelier Mansuade de Pyongyang, qui peut trouver d’autres solutions pour diffuser sa marchandise : des galeries nord-coréennes peuvent vendre les peinturlures de l’atelier en prétendant qu’elles proviennent d’artistes indépendants.

Alors, que préférez-vous ? Un tigre sous la neige ? Un paysage de montagne en automne avec cascade intégrée ? Un souriant portrait d’ouvrière du bâtiment dans le soleil couchant ?

34b.jpg
36-montitalie2.jpg
36-italie7.jpg

 

PS : les envolées lyriques qui parsèment ce billet proviennent du livret d’un opéra nord-coréen intitulé en français Les Chants du Paradis (1978).

37.png

 

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laboiteaimages.alainkorkos.fr/trackback/10

Fil des commentaires de ce billet