Red Dead Redemption II, sauce tomate et vodka

Le jeu Red Dead Redemption II vient de paraître, avec force publicité. Aussi, jetons un œil sur sa couverture et sur une paire de bidules promotionnels associés. Le personnage figurant sur la couverture est peut-être directement issu d’un western-spaghetti, c’est bien possible (le  rédacteur de ce billet parfumé à la poudre n’a pas eu, à sa grande honte, le courage de revisionner une dizaine de bobines avant d’écrire ces quelques lignes).

01.jpg

Cela dit, la position dudit personnage rappelle celle de L’Inspecteur Harry de Don Siegel, incarné par Clint Eastwood. Caméra subjective - le spectateur à la place de la future victime - canon du revolver menaçant en très gros plan :

02-DIRTY HARRY.jpg

La bobine du cowboy, elle, pourrait bien avoir été inspirée par celle de Gian Maria Volontè dans Pour une poignée de dollars de Sergio Leone. On se souviendra du duel final qui l’opposera à Lee van Cleef, avec encore une fois Eastwood, cette fois-ci en simple témoin. On remarquera la cartouchière en bandoulière sur les deux images :

03.png
Sans titre-1.jpg

Sous ce potentiel flingueur apparaissent les silhouettes de cavaliers. Ils sont au nombre de sept, comme Les Sept Mercenaires de John Sturges :

04.jpg
05.jpg

Les références s’empilent. Et ce n’est pas fini. Une image promotionnelle de Red Dead Redemption II est le décalque pur et simple de l’affiche de Mon nom est Personne de Sergio Leone encore, avec Terence Hill :

06-Red-Dead-Redemption-II.jpg
07.jpg

La sortie de Red Dead Redemption II est accompagnée par la parution de multiples produits dérivés sans aucun intérêt, sauf un. Il s’agit d’un somptueux tapis en laine, que voici :

08.png

On y retrouve les silhouettes des cavaliers figurant sur l’image en couverture du jeu. Des cavaliers sur fond rouge, chevauchant des bandes horizontales noires, jaunes et blanches. Évocation d’une autre image célèbre n’ayant aucun rapport avec le western puisqu’il s’agit de… La Charge de la cavalerie rouge peinte par Kasimir Malevich entre 1928 et 1932 :

09-Red Cavalry.jpg

Dans le tableau de Malevich, les Rouges chevauchant une terre abstraite constituée de bandes de couleur chassent les Blancs vers l’ouest lointain. Revenons maintenant au personnage figurant sur la couverture de Red Dead Redemption II. Il pointe son flinguot vers nous, s’apprête à nous dézinguer :

Sans titre-1.jpg

C’est exactement ce qui se passe dans le plan final du Vol du grand rapide (The Great Train Robbery), qui n’est rien d’autre que le tout premier western. Il fut réalisé en 1903 par Edwin Stanton Porter et Wallace McCutcheon. L’ultime plan de cette bobine muette nous montre en effet un hors-la-loi qui vide impassiblement son six-coups sur nous et qui continue ensuite d’appuyer sur la détente de sa pétoire alors que le barillet est vide. L’effet fut, dit-on, aussi saisissant que l’Arrivée d’un train en gare (La Ciotat) des frères Lumière et de 1896 :

Blam ! Blam ! Blam ! Blam ! Blam ! Blam ! Encore un peu de vodka avec vos spaghetti ?

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laboiteaimages.alainkorkos.fr/trackback/16

Fil des commentaires de ce billet