Plantu et les Faces de citron

Le 20 novembre dernier, Plantu publiait ce dessin sur son compte Twitter. On y voit dans une première case Carlos Ghosn gardé par des policiers japonais, en train de téléphoner à son avocat ; la seconde nous montre ledit avocat, retenu par des Gilets jaunes.

01.png

« Lamentaaaable ! », disaient les petits vieux du Muppet Show. Lamentable, en effet. Mais il convient de savoir pour quelles raisons exactement. Elles sont au moins deux, voici la première :

l’un des ressorts du dessin satirique d’actualité consiste à faire  cohabiter deux événements qui n’ont aucun rapport entre eux. Le choc est censé faire rire. Le problème de Plantu, c’est qu’il utilise un peu trop souvent ce ressort et ne parvient plus à nous faire rire… depuis un certain temps déjà.

La deuxième raison est propre à ce dessin en particulier, que nous allons de ce pas décortiquer avec allégresse. Observons d’abord un détail sans importance, le téléphone de Carlos Ghosn : il est à touches, est muni d’une antenne. Pas très à la pointe du progrès, Carlos. Avec tout le pognon qu’il se fait… Enfin bref. Penchons-nous maintenant sur les méchants Nippons :

02.jpg

Ils ont tous les deux exactement la même trombine : ronde, à lunettes rondes, avec les deux dents de devant qui dépassent. Ce cliché raciste existe depuis la Seconde Guerre mondiale ; il fut répandu par des dessins satiriques parus dans la presse étasunienne et par un dessin animé, Private Snafu. Créée sur une idée de Frank Capra et notamment dessinée par Chuck Jones (Bip Bip et le Coyotte, Bugs Bunny, Daffy Duck, etc.), cette série animée était exclusivement destinée aux forces armées. SNAFU est une expression militaire qui signifie Situation Normal All Fucked Up, autrement dit Tout est normal, c’est la merde.

03.png

Ces vingt-huit courtes bobines, réalisées de 1943 à 1945, présentaient les mésaventures d’un troufion crétin parfois aux prises avec son redoutable et sanguinaire ennemi, le Jap. Comme le faisait remarquer le réalisateur Guillermo del Toro dans le documentaire Five Came Back sur Hollywood et la guerre, dans Private Snafu, « le portrait de l’Allemagne reste humain. L’ennemi, c’est Hitler, pas la race allemande en elle-même. Mais le Japon est comme une fourmilière dont les membres sont tous aussi pernicieux les uns que les autres. » Et ils ont tous, particulièrement dans l’épisode intitulé Censored, le même visage à lunettes rondes à petite moustache et grandes dents, portrait craché du général Tojo, premier ministre de l’empereur Hiro-Hito :

04.png
05.png
06-Hideki_Tojo_général et 1er ministre du Japon.jpg

Le général Tojo

On retrouve Tojo dans une foultitude de dessins satiriques de l’époque. Il est ci-dessous en compagnie de Hitler et de Mussolini alors qu’on devrait voir à leurs côtés le big boss japonais, l’empereur Hiro-Hito. Bah ! Pas grave, ils se ressemblent tous, ces Faces de citron !

07.jpg
07b.jpg

L’empereur Hiro-Hito

Le général Tojo servit de modèle au dessinateur Jack Campbell quand il créa vers 1942 le personnage de Tokyo Kid, commandé par Douglas Aircraft. Ses images parurent en affiches et dans la presse. Florilège :

09-Jack Campbell.jpg
10.jpg
11.jpg
12.jpg

Tokyo Kid, c’est l’enfoiré d’Jap par excellence. L’ennemi intime de Snafu et de tous les braves pioupious amerlocains embarqués dans la guerre du Pacifique. Le personnage sera plus ou moins fidèlement repris par quelques autres illustrateurs :

13.jpg
14.gif
15.jpg

C’est ce Japonais générique, bourré de clichés, cette effigie éminemment raciste que reprend Plantu, plus de soixante-dix ans après les Amerlocains. Comme si Carlos Ghosn était, à l’instar des victimes de Pearl Harbor, une proie innocente tombée dans les griffes acérées de ces maudits Japs qui auraient dû être effacés de la surface du globe à coups de bombes A quand il était encore temps.

Et la seconde case, direz-vous ? Qu’est-ce qu’elle vient faire là ?

01.png

Pourquoi Plantu a-t-il eu l’idée d’associer Carlos Ghosn arrêté par les Nippons à son avocat otage des Gilets jaunes ? À cause de la couleur. Jaune. Les Japs ont le teint jaune, vous avez remarqué ? Des vraies Faces de citron.

C’est ce que rappelle cette superbe affiche à caractère éducatif nous montrant une belle rousse amerlocaine 100% WASP aux prises avec un Jap des plus jaunâtres :

17.jpg

Étonnant, non ?

 

CADEAU BONUS

Comment distinguer les Japs des Chinois ?

Le 22 décembre 1941, le magazine Life publiait un article intitulé How to Tell Japs from the Chinese (Comment distinguer les Japs des Chinois). L’affaire était d’importance : si les premiers étaient les ennemis, les seconds faisaient partie des forces alliées et il fallait bien faire attention à ne pas coller n’importe qui dans les camps de détention sis en Californie, seuls les Japs ou les personnes d’origine japonaise y avaient droit. Or donc, Life enseignait sur deux pages et avec une subtilité rarement égalée comment faire la différence entre les braves Chinetoques et les Faces de citron, que l’Amerlocain moyen avait légèrement tendance à confondre (mais il avait des excuses, tous ces bridés se ressemblent) :

18.jpg
19.jpg

Le texte intégral de ces deux édifiantes pages est par là.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laboiteaimages.alainkorkos.fr/trackback/20

Fil des commentaires de ce billet