Les fucking burgers du shutdown

Lundi dernier, Trump a reçu à la Maison Blanche les Tigers de Clemson, vainqueurs du championnat universitaire de foutbol amerlocain. Au menu, un buffet composé de chicken nuggets, hamburgers, pizzas, frites et autres joyeusetés hypocaloriques. « Nous avons commandé du fastefoude américain et c’est moi qui paye. » « C’est à cause du shutdown, comme vous le savez… Beaucoup de hamburgers, de pizzas, je pense qu’ils vont préférer ça à tout ce que nous aurions pu leur offrir », a déclaré le Président. Les joueurs n’ont pas tous compris le mot shutdown, mais ils ont dévalisé le buffet dont la note s’élèverait à environ 2 900 dollars.

Que dire devant cette photo quasiment surréaliste ? Un empilement de boîtes en carton graisseuses garnies de malbouffe, un Président fier de lui, et un Lincoln accroché au mur que se demande : « Filet-O-Fish, ou Quarter Pounder ? »

01.jpg

Pour un peu, on se croirait dans une photo d’Andreas Gursky :

03b.jpg

99 Cent par Andreas Gursky, 1999

Et ce gros plan…

02.jpg

… n’est pas loin des multiples étalages de gâteaux peints par Wayne Thiebaud :

04.jpg

Le Washington Post, lui, rapproche la première photo des scènes de banquet filmés par Sofia Coppola dans Marie Antoinette :

2b.jpg

Au-delà de ces évocations picturales parfois un tantinet gratuites, penchons-nous sur le double discours que tient cette photo. Une image centrée dont les lignes de fuite convergent vers Trump tout sourire, fier comme un vendeur de ménagères de couverts en inox sur le marché d’Argenteuil :

01.jpg

Car en vérité, c’est lui le sujet principal, le centre d’intérêt de l’image. Comme toujours. Avec cette éternelle cravate rouge, piège pour les yeux. L’homme est planté dans un décor luxueux, classique. À gauche et à droite, une paire de chandeliers dorés baroques encadrant la bouffe fastefoudienne. « La Maison Blanche, terre de contraste entre tradition et modernité », pourrait-on dire. Ou plutôt, « Quand le populo prend enfin possession de l’univers feutré des WASP » (White Anglo Saxon Protestant). Comme si Trump, qui assure à qui veut l’entendre que les hamburgers sont sa nourriture préférée, était issu du prolétariat. Comme si la classe ouvrière pouvait, par son entremise, se vautrer dans des fauteuils simili-Louis XVI tout en buvant de la Budweiser au goulot.

Dans le même temps, cette image est assortie d’un second discours en totale contradiction avec le précédent : si Trump a proposé du fastefoude à cette équipe d’étudiants sportifs, c’est parce qu’il n’avait pas les moyens de faire autrement. À cause du shutdown qui, a précisé son attachée de presse Sarah Sanders, a mis au chômage les cuisiniers de la Maison Blanche ordinairement chargés de préparer ce buffet. Autrement dit, si ces fucking Démocrates ne bloquaient pas la construction du mur à la fucking frontière mexicaine, il n’y aurait pas de fucking fonctionnaires fédéraux contraints de rester chez eux et on aurait pu servir les traditionnels petits fours et canapés à la place de cette fucking bouftance de pauvre. « Allez, servez-vous, c’est moi qui régale, et fuck le cholestérol ! »

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laboiteaimages.alainkorkos.fr/trackback/34

Fil des commentaires de ce billet