Challenges : une couverture 2en1 !

L’hebdomadaire Challenges nous propose cette semaine une couverture qui peut-être fera date dans l’histoire de la propagande macroniste. Une pépite, un joyau scintillant de mille feux, un chef-d’œuvre absolu de duplicité.

01.jpg

« Duplicité !?, objecteront certains, le discours est au contraire très clair, très évident, on nous bassine une fois de plus avec “les réseaux de pouvoir”, c’est une antienne régulièrement serinée, rien de neuf sous le soleil, circulez y’a rien à voir ! » mmmh…  Pas si sûr… Étudions l’objet.

Le texte nous dit : Francs-maçons • ENA • LGBT… Les réseaux de pouvoir aujourd’hui.

Et en images nous avons :

- le symbole des francs-maçons en haut au centre

- le triangle des francs-maçons encore une fois, en bas à droite

- une pauvre Marianne en bas au centre écrasée par lesdits réseaux qui ne peut même pas s’échapper à droite, vers l’extérieur du magazine, coincée qu’elle est par le triangle (on en reparlera plus tard).

On notera la typographie, essentiellement jaune sur fond noir, tout comme l’emblème des francs-maçons. Typo jaune et fond noir rappellent les couleurs de la Série noire de Gallimard qui sont devenues, en France, celles du roman noir en général. Elles sont depuis des lustres largement récupérées par la presse quand il s’agit de stigmatiser quelqu’un, éventuellement pris dans une sombre affaire (voir par là l’utilisation qui en fut faite à propos de Benjamin Griveaux et de DSK).

02.jpg

Le discours de cette couverture de Challenges est facile à comprendre : derrière - ou plutôt au-dessus de - nous grenouillent de sombres réseaux au sein desquels tout n’est que piston, népotisme, petits arrangements entre amis, enfin bref des armées d’infâmes profiteurs qui grignotent en douce notre société tels des rats camés au gruyère. Pas de quoi en faire un plat, il s’agit là d’un marronnier pas très éloigné de celui régulièrement consacré aux francs-maçons :

04.jpg

Avec cette fois-ci une couverture coupée en deux, à la manière de Libération, qui nous propose sur sa gauche un tout autre sujet consacré aux start-up :

05.jpg

Un tout autre sujet, vraiment ? Et si les deux étaient liés ? Et si les deux colonnes de cette couverture, une blanche et une noire, nous parlaient de la même chose telles les affiches de cinéma dans le genre Scarface de Brian de Palma ?

06.jpg

Examinons cette colonne de gauche. Elle est composée d’un titre qui nous dit Start-up Nos 50 futures licornes, et d’une légende collée sur le portrait d’une jeune femme souriante : Rania Belkahia, PDG d’Afrimarket, L’« Amazon africain ».

01.jpg

Le tout dans une étroite colonne blanche, donc. Qui s’oppose à la large et impressionnante colonne noire des réseaux. Avec une jeune femme souriante qui s’est faite toute seule à force de travail. Une jeune femme maghrébine qui a su s’extraire de sa condition et monter une entreprise florissante. Une jeune femme qui a bien du mérite. En vérité, Rania Belkahia est née au Maroc de parents chefs d’entreprise ; mais ce n’est pas son CV qui compte, c’est le discours que véhicule l’image, celle de jeunes gens courageux, méritants. Qui ont monté des start-up en toute lumière à partir de rien ou pas grand-chose. C’est d’ailleurs vers cette étroite colonne immaculée que va se précipiter notre pauvre Marianne, écrasée par les trafics d’influence et coincée en bas à droite par le maudit triangle.

Que nous dit, en définitive, cette couverture de Challenges ? Non pas deux, mais une seule histoire, celle de la lumineuse méritocratie qui se dresse fièrement tel un ultime rempart face aux opaques réussites ourdies dans l’ombre des réseaux crapoteux.

Ah ! que c’est beau !

Comment ? Vous n’êtes pas convaincus ? Vous pensez que la méritocratie n’est qu’un pseudo-modèle de justice sociale renvoyant les perdants à leurs incompétences, leurs incapacités, leur manque de courage et leur déficit de force intérieure ? Vous pensez que cette idéologie ne fait que reproduire les inégalités ? C’est parce que vous n’avez pas encore réveillé la force qui est en vous. Relevez le “challenge” ! Allez ! Au boulot !

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laboiteaimages.alainkorkos.fr/trackback/45

Fil des commentaires de ce billet