Fête de l’Huma, Iwo Jima : même combat !

Quand on croit avoir touché le fond, certains obstinés prennent des pelles et creusent. Ainsi en va-t-il du PCF. Pour preuve, les affiches annonçant la prochaine Fête de l’Huma qui se tiendra en septembre prochain :

01.jpg

Tout le monde aura reconnu la célèbre photo prise par Joe Rosenthal lors de la bataille d’Iwo Jima qui se solda, le 23 février 1945, par la défaite des Japonais et la victoire des Amerlocains (pour plus de détails sur l’histoire de cette photo, lire mon article intitulé La petite culotte d’Iwo Jima sur le site Arrêt sur images).

01C.png

Ce n’est pas la première fois - loin s’en faut - que cette photo est parodiée, détournée. Par les dessinateurs de presse, les publicitaires, les dessinateurs de BD, etc. Quelques exemples en vrac :

01F.jpg
02.png
03.jpg
05.jpg
01E.jpg

D’autres exemples par là.

C’est le lot de toute image célèbre que d’être récupérée à des fins humoristiques, politiques ou mercantiles. La Joconde de Léo, Dieu donnant naissance à Adam sur le plafond de la Sixtine par Michel-Ange, American Gothic de Grant Wood… La liste est longue.

Oussama Diab, Mona Lisa series (2009).jpg

Oussama Diab, Mona Lisa series (2009)

Pizza-Hut-Joconde.jpg

On pourrait évidemment s’agacer contre les publicitaires qui détournent tout et son contraire au profit des marques qu’ils sont chargés de promouvoir, sans jamais rien inventer. Bah…  ce serait comme tenter de vider la mer à la petite cuiller. On peut, en revanche, joliment s’énerver contre cette affiche annonçant la Fête de l’Huma, d’une crétinerie sans nom.

01B.jpg

Son auteur tente - non sans peine - d’expliquer son travail sur le site de la Fête L’Huma. Il a, dit-il, voulu prendre le « contretemps » de la photo de Rosenthal qui représente « l’impérialisme américain » (« contrepied » eut été plus juste, mais passons). Raison pour laquelle, dans sa version du planté de drapeau à Iwo Jima, il a doté la jeune fille d’un keffieh palestinien et collé sur son sac plusieurs éléments qu’il considère comme importants : drapeau cubain, drapeau LGBT, logo féministe. Il oublie de dire que le jeune homme se tenant juste derrière elle est chaussé de Converse, tatanes amerlocaines dont le logo est un rappel du drapeau US. Oups ! la boulette en forme de contradiction. À moins qu’il s’agisse d’une référence à l’étoile rouge communiste. Mouais. Dans ce même esprit, la casquette amerloque du personnage à droite serait donc une référence à celle de Lénine ? On a comme un doute. Et l’on entend, grumble! grumble! Georges Marchais se retourner dans sa tombe.

01D.jpg
06.jpg

Reprendre une image éminemment étasunienne quand on est d’obédience communiste est une erreur profonde, parce que cela revient à accepter l’hégémonie américaine en matière d’image, à reconnaître son pouvoir absolu en communication visuelle. Comme s’il n’existait pas d’images emblématiques de la lutte des classes ! Illustrer la Fête de l’Huma avec le planté de drapeau à Iwo Jima revient à se tirer une balle dans le pied. Une balle de M16, évidemment.

« Liliane ! fais les valises ! », hurle Jojo du fond de son caveau.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laboiteaimages.alainkorkos.fr/trackback/69

Fil des commentaires de ce billet