Le monde qui change, selon Europe1

Elle est terrible, cette affiche de Trump le soir sur un cul-de-bus. Elle est terrible quand elle imprime dans la cervelle de l’homme qui passe la vision du monde selon Europe1.


Photo © Alain Korkos

Un Trump éructant, et ces mots qui semblent jaillir de sa bouche :  ÉCOUTEZ LE MONDE CHANGER. Ainsi va le monde selon la station de radio : un populiste à demi (voire totalement) fou dirige un pays, impose sa vision mortifère au reste de la planète, et nous, aimables auditeurs, nous n’avons qu’à suivre ses ordres devenus préceptes pour Europe1 : écouter le monde changer, écouter ces fracas entre une pub Leroy-Merlin et une pub Intermarché alors que nous sommes sagement assis, coincés dans les embouteillages sur la RN 20 (Ah ! ne pas oublier d’acheter une baguette tradition avant de rentrer. Et samedi, un nouveau mécanisme de chasse d’eau.)

C’est ainsi. Nous n’avons qu’à écouter, qu’à admettre ces changements du monde contre lesquels, pauvres péquins, nous ne pouvons rien. Vous vous souvenez du slogan CHANGER LE MONDE ? Il n’est plus d’actualité, et André Breton encore moins :

« Transformer le monde, a dit Marx. Changer la vie, a dit Rimbaud. Ces deux mots d’ordre pour nous n’en font qu’un. »

Terminé, tout ça. Aux oubliettes. Le plus important, maintenant, est de ne pas oublier d’acheter une baguette tradition avant de rentrer. Chez Intermarché. C’est moins cher. Et samedi, un nouveau mécanisme de chasse d’eau à Leroy-Merlin.

Cette toute récente affiche trumpienne n’est pas la seule, les campagnes publicitaires des stations de radio comportent toujours une tripotée de visuels et Europe 1 n’échappe pas à la règle, huit affiches sont là pour vendre son immonde salade :

Macron et Merkel qui se murmurent des mots doux, Boris Johnson qui se prend la tête, l’Amazonie qui brûle, Bilal Hassani qui chante, la calotte glaciaire qui s’écroule, les abeilles qui meurent, et Greta Thunberg qui s’énerve. Tout ça mis sur le même plan, la forêt ravagée est une catastrophe en tous points comparable à Bilal Hassani chantant lors de l’Eurovision. Et ceux qui voient là une petite pointe d’homophobie teintée d’un arrière-goût de racisme ont l’esprit bien mal tourné.

Mais l’affiche la plus infâme, peut-être, est celle mettant en scène Greta Thunberg. Car elle est, à l’évidence, le pendant de l’affiche trumpienne. Même angle de vue, même attitude vindicative, même message sous-jacent nous suggérant que c’est la cata, que Trump et Greta c’est du pareil au même et que vous ne pouvez rien faire sinon subir :

Ainsi va le monde qui change selon Europe1. Bah ! Tant que vous n’oubliez pas d’acheter une baguette tradition avant de rentrer, tout ne va pas si mal, allez. Chez Intermarché. C’est moins cher. Et samedi, un nouveau mécanisme de chasse d’eau à Leroy-Merlin. Pour le reste, vous n’y pouvez rien.

À moins que…


Make the World Greta Again, c’est tout de même mieux que Make America Great Again, non ?
Photo © Alain Korkos prise le 24 octobre 2019 à Lisbonne,
où l’extrême droite a fait 0,33% aux dernières élections législatives

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laboiteaimages.alainkorkos.fr/trackback/81

Fil des commentaires de ce billet